Monday, March 11, 2013

L'ange

 
Tout le monde dormait et dans la
maison silencieuse chaque nuit je
parlais pour toi. Est-ce que tu
m’écoutais ? Je ne le savais pas.
Mes paroles n’étaient qu’un humble

murmure. Mais mon amour allait
en grandissant chaque jour et le
souvenir de ton visage, parfois de
tes brèves paroles et de ton timide
regard devenaient plus pressants.

Je croyais en toi comme ils croient
en leur Dieu. Dieu ne répond jamais
à ceux qui Lui parlent, ils comptent
sur Son amour mais Il les laisse seuls,
indiffèrent à leur foi inébranlable. 

Tu ne me répondais pas non plus,
mais je savais que je ne devais pas
me plaindre. Chaque jour, du matin
au soir, tu me tenais compagnie,
comme un ange silencieux et invisible 

tu veillais sur moi. Et si le soleil brillait
je pouvais sourire, je sortais dans les
rues animé d’une flamme nouvelle. Tu
marchais, légère, à mes côtés, dans mes
pensées tu dialoguais avec moi. Tu

étais l’ange : silencieuse et invisible,
mais remplissant d’espoir et parfois
de joie mon cœur. Ne me faisait pas
douter de toi ton silence, un jour
peut-être tu m’ouvrirais ton cœur

et étonné de t’écouter je parlerais
de ma voix nouvelle, je prendrais
tes mains dans les miennes, je
caresserais ton visage, mes lèvres
effleureraient ta bouche et je

te prendrais dans me bras enfin.
Tout ange est Dieu, tout ange est
paix et amour. Je parlais pour toi
parce que je savais que tu m’écoutais.
Au loin tu surveillais mes prières.

Je savais que de tes mains emplies
de tendresse tu viendrais une nuit,
finalement, fatiguée d’attendre déjà, 
mettre fin à ma solitude, au désarroi.
Et sur les chemins où fleurissent les

roses et les lilas tu m’emmènerais à 
la tombée de la nuit, comme un enfant
à demi égaré, souriante, à la rencontre
du destin pendant si longtemps espéré.

No comments: