Wednesday, April 14, 2010

"C'est une imbécile, une dinde, une brute... "

Mme Arnoux prit son bras ; Sénécal, offensé peut-être de cette approbation silencieuse, s'en alla.

Frédéric en ressentit un immense soulagement. Depuis le matin, il cherchait l'occasion de se déclarer ; elle était venue. D'ailleurs le mouvement spontané de Mme Arnoux lui semblait contenir des promesses ; et il demanda, comme pour se réchauffer les pieds, à monter dans sa chambre. Mais, quand il fut assis près d'elle, son embarras commença ; le point de départ lui manquait. Sénécal, heureusement, vint à sa pensée.

-- " Rien de plus sot " , dit-il, " que cette punition ! "

Mme Arnoux reprit :

-- " Il y a des sévérités indispensables. "

-- " Comment, vous qui êtes si bonne ! Oh ! je me trompe ! car vous vous plaisez quelquefois à faire souffrir ! "

-- " Je ne comprends pas les énigmes, mon ami. "

Et son regard austère, plus encore que le mot, l'arrêta. Frédéric était déterminé à poursuivre. Un volume de Musset se trouvait par hasard sur la commode. Il en tourna quelques pages, puis se mit à parler de l'amour, de ses désespoirs et de ses emportements.

Tout cela, suivant Mme Arnoux, était criminel ou factice.

Le jeune homme se sentit blessé par cette négation ; et, pour la combattre, il cita en preuve les suicides qu'on voit dans les journaux, exalta les grands types littéraires, Phèdre, Didon, Roméo, Des Grieux. Il s'enferrait.

Le feu dans la cheminée ne brûlait plus, la pluie fouettait contre les vitres. Mme Arnoux, sans bouger, restait les deux mains sur les bras de son fauteuil ; les pattes de son bonnet tombaient comme les bandelettes d'un sphinx ; son profil pur se découpait en pâleur au milieu de l'ombre.

Il avait envie de se jeter à ses genoux. Un craquement se fit dans le couloir, il n'osa.

Il était empêché, d'ailleurs, par une sorte de crainte religieuse. Cette robe, se confondant avec les ténèbres, lui paraissait démesurée, infinie, insoulevable ; et précisément à cause de cela son désir redoublait. Mais, la peur de faire trop et de ne pas faire assez lui ôtait tout discernement.

-- " Si je lui déplais " , pensait-il, -- qu'elle me chasse ! Si elle veut de moi, qu'elle m'encourage ! "

Il dit en soupirant :

-- " Donc, vous n'admettez pas qu'on puisse aimer... une femme ? "

Mme Arnoux répliqua :

-- " Quant elle est à marier, on l'épouse ; lorsqu'elle appartient à un autre, on s'éloigne. "

-- " Ainsi le bonheur est impossible ? "

-- " Non ! Mais on ne le trouve jamais dans le mensonge, les inquiétudes et le remords. "

-- " Qu'importe ! s'il est payé par des joies sublimes. "

-- L'expérience est trop coûteuse ! "

Il voulut l'attaquer par l'ironie.

-- " La vertu ne serait donc que de la lâcheté ? "

-- " Dites de la clairvoyance, plutôt. Pour celles même qui oublieraient le devoir ou la religion, le simple bon sens peut suffire. L'égoïsme fait une base solide à la sagesse. "

-- " Ah ! quelles maximes bourgeoises vous avez ! "

-- " Mais je ne me vante pas d'être une grande dame ! "

A ce moment-là, le petit garçon accourut.

-- " Maman, viens-tu dîner ? "

-- " Oui, tout à l'heure ! "

Frédéric se leva ; en même temps Marthe parut.

Il ne pouvait se résoudre à s'en aller ; et, avec un regard tout plein de supplications :

-- " Ces femmes dont vous parlez sont donc bien insensibles ? "

-- " Non ! mais sourdes quand il le faut. "

Et elle se tenait debout, sur le seuil de sa chambre, avec ses deux enfants à ses côtés. Il s'inclina sans dire un mot. Elle répondit silencieusement à son salut.

Ce qu'il éprouva d'abord, ce fut une stupéfaction infinie. Cette manière de lui faire comprendre l'inanité de son espoir l'écrasait. Il se sentait perdu comme un homme tombé au fond d'un abîme, qui sait qu'on ne le secourra pas et qu'il doit mourir.

Il marchait cependant, mais sans rien voir, au hasard ; il se heurtait contre les pierres ; il se trompa de chemin.

Un bruit de sabots retentit près de son oreille ; c'étaient les ouvriers qui sortaient de la fonderie. Alors il se reconnut.

A l'horizon, les lanternes du chemin de fer traçaient une ligne de feux. Il arriva comme un convoi partait, se laissa pousser dans un wagon, et s'endormit.

Une heure après, sur les boulevards, la gaieté de Paris le soir recula tout à coup son voyage dans un passé déjà loin. Il voulut être fort, et allégea son coeur en dénigrant Mme Arnoux par des épithètes injurieuses :

-- " C'est une imbécile, une dinde, une brute, n'y pensons plus. "


Flaubert, L'Éducation Sentimentale

No comments: